Mémoire et Identité au Liban : de l’Exclusion à la Médiation

Dr. Pamela Chrabieh
Dr. Pamela Chrabieh
2012, Lebanon

Vivant depuis 1999 entre le Liban et le Canada, je fais partie de la génération des enfants de la guerre du Liban en sa période la plus sanglante, étant née et ayant grandi dans son cadre. La mémoire chargée de souffrances et d’une quête incessante de survie, je cherche constamment un sens au tumulte de mon existence et de celle de mes proches ; en fait, de celle de tous les Libanais. Pourquoi sommes-nous pris dans un cercle vicieux duquel nous n’arrivons pas à nous échapper ? Pourquoi la haine, les tensions, la discorde, l’exclusion de tout ce qui est “autre” ? Qui sont les responsables ? Sommes-nous tous responsables ? Comment définir ce “nous” ? Faut-il s’engager pour un meilleur avenir en assumant les déboires du passé ou faut-il tourner la page ? Faut-il oublier ou ne pas oublier ? Sommes-nous tous des morts en sursis, vivant dans l’angoisse de la prochaine explosion ? Ou pouvons-nous croire à l’émergence d’une aube lumineuse, ou du moins à la mise en place d’un processus réformateur ? Quelles seraient les stratégies à adopter ? Quels seraient les chantiers à entreprendre ? Quelles seraient les forces de changement capables de mettre en route ce processus ?

Ces questions tournant autour de la guerre et de la paix, de la mémoire, de l’identité, qui émanent d’expériences et d’interrogations personnelles, d’un vécu personnel, sont à la base de mes travaux académiques, sociocommunautaires et artistiques, et en constituent le moteur. Ce sont ces mêmes questions, doublées d’un vécu de rencontres de diversités, de la découverte de leurs richesses et de la convivialité, qui me poussent à m’engager à plusieurs niveaux, en combinant la théorie et la pratique, la réflexion et l’action. Je me situe en quelque sorte dans un mouvement plus large qu’on nomme communément celui des “intellectuels engagés”, tels Pierre Bourdieu, Edward Saïd, Samir Kassir, et bien d’autres encore, qui analysent une société pour lui donner des outils lui permettant de se transformer, tout en osant agir sur le terrain.

Mon cheminement est en lui-même un processus de mise en mémoire, qui chante un Liban avec ses dilemmes et sa beauté, ses souffrances, ses drames individuels et collectifs, ses conflits et ses rêves, ses islams et ses christianismes, ses diverses autres cultures et spiritualités, son “manque” et son “peuplé” ; un Liban qui semble a priori perdu, sombrant dans l’aliénation, mais qui porte en son sein les semences du renouvellement. Mon récit est celui d’une résistance face au bâillonnement de la mémoire et, comme le dit si bien le journaliste et poète Fady Noun, une “insurrection des mots”, tout aussi politique et publique que personnelle.

Le Liban est plus que jamais frappé par une crise multiforme – crise sociopolitique et économique, crise de la gestion de la diversité (confessionnalisme), corruption endémique, dysfonctionnement d’une administration étatique pléthorique, crise de mémoire, crise identitaire, crise des genres – et d’énormes carences au niveau du processus de réconciliation nationale. Le romancier Amin Maalouf le compare à un “rosier sauvage” souffrant de maladies qui s’attaquent aux vignes, servant donc de “sentinelle” aux vignerons lesquels souvent ne comprennent pas le message. “Certains, par paresse, par ignorance, par aveuglement, lorsqu’ils voient apparaître des tâches sur les feuilles, se disent que le rosier est, de toute manière, une plante fragile, délicate, frivole, et que leur vigne ne risque rien”.

Ce rosier se meurt jour après jour. Un atroce virus le ravage et l’antidote tarde à être découvert et administré. Un virus qu’on croyait pourtant affaibli. La croyance en un vécu au sein d’un contexte de “post-guerre” semblait s’ancrer de plus en plus dans la conscience collective libanaise. La violence meurtrière, les bourreaux, les boucs-émissaires, les destructions massives, les fosses communes et les charniers apparaissaient faire partie d’un lointain passé. La reconstruction du centre-ville de Beyrouth au cours des années 1990 et l’afflux annuel de centaines de milliers de touristes annonçaient une ère prospère.

Toutefois, les événements dramatiques qui se sont succédé depuis le vote de la résolution 1559 le 2 septembre 2004 au Conseil de sécurité des Nations unies, et surtout depuis l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri en février 2005, ainsi que l’offensive israélienne d’envergure massive lors de l’été 2006, marquèrent la reprise de la violence meurtrière et de la quête de survie. Le constat fut dévastateur à bien des égards : les Libanais ne s’étaient pas débarrassés du virus qui les ronge continuellement. Le Liban n’était et n’est pas en paix. De plus, la situation conflictuelle actuelle dans les pays avoisinants, notamment en Syrie, ajoute l’huile au feu et enflamme les relations internes. Un contexte qui appelle à un sérieux examen de conscience ; un contexte où la plupart des victimes et des bourreaux, acteurs de la tragédie libanaise, persistent à se murer dans le silence afin de préserver la “fragile entente”.

Comment, dans ce contexte de guerre psychologique et physique continue, penser la paix ?

Il est évident qu’un processus politique de paix au niveau régional devrait advenir afin de stopper l’effusion de sang. Toutefois, la haine qui sévit dans les cœurs et les esprits aurait besoin de plus qu’un cessez-le-feu (Peacemaking) et un maintien de la sécurité (Peacekeeping). En anglais, le terme suivant est utilisé, Peacebuilding, que je traduis ainsi : la construction de la paix au sein de la société, basée notamment sur l’édification d’une mémoire nationale de la guerre, d’une identité commune et d’une convivialité interhumaine qui inclurait et dépasserait la convivialité interreligieuse/interconfessionnelle… Une convivialité pluridimensionnelle laquelle certainement inclurait un partenariat équitable entre femmes et hommes.

Il s’agit de quelques défis parmi tant d’autres que les Libanais pourraient à mon avis relever ; d’autant plus qu’on occulte très souvent le fait que le Liban ne se réduit pas à un espace de conflits et de polémologies, mais qu’il présente aussi de multiples lieux où s’inventent et se réinventent des visions et pratiques de paix. La société libanaise est en partie bien dynamique, et surtout la jeunesse engagée pour les droits humains, le statut personnel civique, l’équité, la justice, la liberté d’opinion, etc. Les luttes de ces individus et collectivités transforment les rapports sociopolitiques et constituent le socle sur lequel peut être construit un autre avenir, plus équitable, plus égalitaire, plus libérateur.

Pour ma part, en tant que Libano-Canadienne luttant pour survivre à la guerre mais connaissant aussi des “lieux” de dialogues et de convivialité, tant au Liban qu’au Canada, je porte en moi un refus de la fatalité et l’espérance d’un monde meilleur qui ne peut se construire tout seul et sûrement pas sans un réel travail de mémoire, et donc de deuil et de réconciliation. C’est la flamme qui m’anime, et c’est le défi que je tente de relever : penser l’altérité, mais surtout, construire des lieux qui reconnaissent l’identité non comme une page blanche, ni comme déjà écrite, mais comme partiellement écrite et appelant à la poursuite de l’écriture ; une identité comme une somme de diverses appartenances en cheminement, au carrefour de multiples chemins, de plusieurs aventures, médiatrice, non confondue avec une appartenance érigée en appartenance suprême et unique, en une fin en soi et “en un instrument d’exclusion”, parfois en “un instrument de guerre”.

Join the Conversation

11 Comments

  1. Docteure Chrabieh, c’est excellent !!! Je vous souhaite tout le courage possible pour la suite de vos luttes. Le Liban a grand besoin d’individus, femmes et hommes, engagés à construire la paix.

  2. I am more pessimistic than anything else… Still, after reading this post, you give hope; at least to pursue this hard way to spread a culture of peace. War is everywhere and in all social classes. War exists also between many men and women, between men themselves, and women themselves… No peace without conviviality. 100% with what you are stating. Thank you!

  3. J’ai bien aimé la comparaison avec le rosier d’Amin Maalouf… La maladie ronge les coeurs et les esprits, celle de la violence. Il paraît qu’il y aurait le gène de la violence transmis de génération à l’autre. Une manipulation génétique serait donc envisageable? Il va falloir poser la question aux bioéthiciens 😉

  4. Thank you for your support 🙂
    Merci pour votre support et encouragement 🙂
    Une manipulation génétique n’aurait pas de limites… On tomberait dans l’eugénisme. Rechercher le peuple ‘idéal’… Toutefois, l’idée devrait être sondée plus profondément. Le débat est ouvert!

  5. Love it! Identity in construction. A process! And the importance of building a society on the respect of its differences, all differences…

  6. Pour construire la paix, il ne suffit pas de se mettre d’accord sur ses pensées, il faut se mettre d’accord sur ses arrières pensées… Malheureusement trop de libanais ont encore des arrières pensées.
    Je reste optimiste; j’essaye en tous cas. Mais à la fin de chacun de mes séjours je reviens en France un peu plus abattu par l’abrutissement général, par cette volonté systématique de détruire Beyrouth et sa mémoire, et par le désir collectif d’amnésie.
    Je suis un libanais expatrié/émigré, élevé dans l’amour d’un pays d’avant guerre que je n’ai pas connu mais dont quelques-uns se chargent sans doute au nom du fric d’en saper les derniers vestiges, matériels et immatériels.
    Mais yallah…. On reste optimiste.

  7. Je suis aussi une enfant de la guerre. Les traumatismes, je vis avec, et certains il me semble sont incurables. Que serait-ce au niveau national alors?

  8. Sans la mémoire, on n’est rien… ni un individu en devenir, ni une société en évolution

  9. Merci pour cet excellent article Pamela
    Hélas la paix que notre cher pays mérite est souvent recherchée par ses citoyens éparpillés dans le quatre coins du monde plutôt que par ceux qui y résident…
    Ces voyageurs ont acquis une ouverture d’esprit que peu de Libanais résidants ont pu atteindre a cause de ce système de ghetto confessionnels fonde sur la peur de l’AUTRE…
    Il faut permettre aux Libanais de voyager dans ce cher Liban, de connaitre l’AUTRE et casser ces clichés qui perdurent afin de finalement créer cette identité libanaise.
    Je n’ai aucune idée de ce que c’est l’identité libanaise, mais je suis sure et certain que malgré toute la diversité qui régi dans ce pays, elle existe quelque part, loin des idées du « bon commerçant », de « l’amour des apparences et l’argent » et de » la haine de l’autre »

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *