Elle obéit…

Par Davina Maria

Silence
Obéissance
Il crie
Elle se tait
Un coup de fouet
Elle prie
Malheur
Douleur
Orage à l’interieur
Plaies et ecchymoses
Visage blessé et regard morose
Elle aimerait bien s’échapper et partir loin
Mais elle n’avait pas le choix et ne possédait rien
Et elle risquait de souffrir en martyr s’il retrouvait son chemin
Est-ce son destin ?
Elle avait tout perdu.
Lui, qu’elle aimait mais qu’elle n’aime plus
Mari ou geôlier?
Prisonnière ou femme prostrée?
Il la regarde là, meurtrie
Et elle, elle obéit.
Virilité et puissance
Obéissance et feminité
Dans cette société contemporaine
Demeurent haine et peine
Jouisseur par la souffrance
Crime ! Exécutons la sentence
Il la frappe et sourit. Sadisme ?
Pour son silence, il l’estime
Femmes battues
Femmes mal vues
Soumission, dominance
Et toujours, obéissance

Davina-Maria Khoury Art Work Photography

La société cette dernière décennie
N’est qu’une phallocratie
Il décide
Ambiance morbide
Il est puissant, elle est faible face à lui
Elle obéit
Un autre coup de fouet
Pourquoi? Personne ne sait
Elle n’a pas tort
Elle appelle la Mort
Tant pis
Si elle reste en vie
Elle meurt à l’ombre de son maître, son mari
Et éternellement, elle obéit.

Join the Conversation

4 Comments

  1. ah la violence domestique… l’éternel crime… international.. visages multiples… et cercle vicieux!

  2. Nice poem Davina-Maria. True domestic violence is still taboo in Lebanon and the Arab world. Writing about is an act of rebellion against oppression. It starts with words: no! Enough!

  3. Merci à tous!
    Il est malheureux de voir qu’en 2013, le statut de la femme est toujours critique malgré les revendications et l’évolution de ce monde. Non seulement du coté psychologique, mais aussi physique, comme le cas de la jeune fille yémenite âgée de 8 ans, violée et éventrée par son “époux” de 40 ans, jusqu’à sa mort! Allant des corps impubères à ceux complètement formés, on remarque encore et toujours cette violence éternelle et illégale! Par le biais de nos plumes, de l’art et de la culture, nous attaquons ce monde injuste, souhaitant qu’un jour en se réveillant, l’actualité qui ne demeure qu’un cauchemar, aura disparu…

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *