Voile (à Shaima Jastaina)

Shaima Jastaina

Oh toi, tourbillon insoutenable sous les couches sublimes
Que la marque de la bête dessine
Autour de tes forces liquides
Où la vérité se donne en murmures fous de joie.
Ma peau se fait l’histoire de ta folie
Qui ébranle leur monde à chaque instant du texte
Et étrangle l’Un au pied du logos repris aux ventres repus
Oublieux des fleuves maternels maculés de signes.
La salive qui fuit de mes seins
Retrouve l’amour dans le sang de tes mois
Qui regardent leurs lois dans les yeux
Sur les souffles insignes de tes cris de délire
Où le monde chaque jour se redessine.
Tes doigts articulent l’ouvert du corps
Qui fait leurs peurs, tes cellules sordides,
Les pâtres qui te lapident,
Puis l’avenir qui plante ses couteaux
Dans les reins du refus.
Ta danse repeint ta chevelure trop diserte
D’éclats qui soudoient leurs lèvres canines
Pour les écraser entre les pierres taillées
Sur leurs histoires déchiquetées
Et leurs membres apatrides.
Ton souffle épuise les nuits malingres
De leurs corps déments qui mentent le désir.

Join the Conversation

No comments

  1. Beau poème Dr. Darwiche!
    Le cas de Shaima n’est malheureusement pas ponctuel. Nous avons toutes en nous l’injustice dont elle est victime, et certaines aussi, le courage qu’elle a de braver les obstacles et de se révolter.

  2. J’aime! J’aime! 🙂
    La lutte pour les droits des femmes en Arabie n’est encore qu’à ses débuts. Et dire qu’il y a des centaines et des milliers d’années, il y en avait qui y vivaient bien (j’ai lu le livre de Dre Chrabieh 😉 ).

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *