Je suis Charlie et je vous vomis!


Pire que les islamistes de Daech et les tueurs encagoulés de Charlie Hebdo… Ou aussi dangereux, délétères, obscènes, lâches, nauséeux, délinquants, pour que je reste dans les limites de l’objectivité.
Aussi extrémistes et radicaux que les tueurs de Charlie Hebdo, ces chrétiens frustes qui s’indignent à la vue de Marie, mère de Jésus, jambes écartées dans l’une des caricatures de Riss… Fort justifié ! Moi qui croyais que Marie a donné naissance à Jésus, jambes serrées ou assise en tailleur !
Aussi dégoûtants que les criminels en noir de Charlie Hebdo, ces c(h)réti(e)ns et ces musulmans qui dénoncent le crime sans regretter les victimes ! Ces victimes dont les dessins ont tant taquiné et hanté leurs imaginaires véreux et malades meublés d’icônes qui suintent, de rêves djihadistes, de paradis bordéliques, de rédemption et d’apocalypses qui auront lieu quand les poules auront des dents.

Aussi fanatiques que les tueurs de Charlie Hebdo, ces néo-nazis, ces intolérants, ces semeurs d’idéologies et de guerres… ceux qui cautionnent farouchement Assad, le Hezbollah, Poutine, wilayat al Faqih, Netenyahu, le Front National… Les « gardes fous des nations » et les protecteurs des minorités ! Sans oublier l’autre face de la monnaie, les rejetons infâmes de la connerie et de l’animosité comme Abou Bakr el Baghdadi, Ben Laden et Breivik !

Fils de poltrons ! Des théocraties modernes, des paranoïas hystériques, des autels aux dorures rutilantes et des majestueuses mosquées ! Vous les fidèles de Dieu… les ouailles aveuglées, les foules défoncées ! Les prudes, les protecteurs des valeurs d’Allah, de Yahvé et de Jésus… N’oubliez pas les tribunaux d’Inquisition de vos églises ! La chasse aux sorcières ! N’oubliez pas Galilée et Copernic, vous les bâtards du géocentrisme et de la vie éternelle ! N’oubliez pas tous les crimes commis au nom de la Chari’a ! N’oubliez pas tous les crimes commis au service des fantasmes sionistes !

Fils de Yahvé, de Jésus et de Mahomet… vos idéologies vermoulues, je les vomis ! Fils de la théorie du complot et des dictatures garantes de la protection des minorités, je vous vomis !

Vos monothéismes ont semé la terreur, l’ignorance et la violence dans le monde ! Vos mythologies commerciales ont rongé le cœur de l’humanité ! Vos temples rances ont asservi les modérés… Les modérés, se sentant menacés par les extrémistes enturbannés ou en soutanes, se radicalisent… Quoi de plus concret pour étayer la théorie de René Girard sur le mimétisme dans La Violence et le sacré : « La tendance mimétique fait du désir la copie d’un autre désir et débouche nécessairement sur la rivalité. » Oui copier l’autre dans sa barbarie ! Et rivaliser avec lui !

Pour quand le réveil de la famille humaine de ce long sommeil léthargique ? Pour quand la prise de conscience ? L’Homme est sacré avant que n’importe quel Dieu hypothétique ne le soit ! L’Homme existe avant que n’importe quelle religion n’émerge et empeste la Terre. La seule religion est l’Humanisme !

Chers croyants effarouchés, chers adeptes de la théorie du complot, chers prosélytes des dictatures modernes… je vous vomis ! Charlie Hebdo vous vomit ! Les modérés, les impies, les apostats vous vomissent!

Join the Conversation

14 Comments

  1. Merci Maya pour ton cri du coeur. Mais attention à essentialiser les religions. La violence est humaine, au-delà de toute appartenance, qu’elle soit religieuse ou non.

  2. Bonjour Maya, je lisais aussi ce matin le texte suivant. Qu’en pensez-vous?
    Une Libanaise à Paris with Nathalie Dergham:
    Ps: ceux qui veulent laisser des commentaires de merde, et essayez de trouver un sens à ce drame qui n’en a aucun, je vous dis en avance, je vous emmerde !
    Je suis écoeurée par ce que je lis sur les réseaux sociaux . Sur ma propre page certains évoquent LE malheur du peuple Syrien ou palestinien . c’est la guerre dans ces pays! Je rappelle juste que ceux qui ont été tués sont des caricaturistes des dessinateurs !!!!!!! Des putains de journalistes qui font leur job !!!!!!!! On peut ne pas apprécier ce qu’ils écrivent mais TUER !!!!! C est inadmissible !!!!!! Je suis choquée que ce ne soit pas l’unité qui prime . si vous êtes ‪#‎JeSuisSyrien‬ ou ‪#‎JeSuisPalestinien‬ allez y vous battre làbas, je pense que le wifi vous manquera ! moi je préfère rester a Paris !
    Il y a aussi ceux qui disent qu il est temps que la France se réveille !!!!! Xénophobe et islamiste, bande d’ignorants je vous rappelle qu’ un tel attentat n a pas eu lieu en France depuis la guerre d’Algérie !!!! De quoi vous parlez ? Se réveiller de quoi ? Si vous ne vous sentez pas en sécurité en France , dégagez qui que vous soyez ! je ne crois pas qu’à ‪#‎TelAviv‬ la vie soit plus douce !
    J’aime ce pays et Ses valeurs plus que tout au monde . J’y vis, je suis libre de dire ce que je veux dans ma douce France ! De porter ce que je veux dans ma belle France , de Parler avec qui je veux dans ma libre France et d’épouser qui je veux dans ma Laïque France !
    Alors bande d’ignorants des deux côtés comment osez vous revendiquer votre liberté d’expression sur un mur virtuel , ( putain de Facebook et Twitter ) en dénonçant ceux qui se sont battues pour cette même liberté d expression dans la vraie vie ou en divisant les valeurs de la république !
    Ps: ceux qui veulent laisser des commentaires de merde, et essayez de trouver un sens à ce drame qui n’en a aucun, je vous dis en avance, je vous emmerde !

  3. et voilà aussi des passages d’un article publié à ce sujet:
    “Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui je ne me contente pas de compatir dans le silence dû au respect des morts ? Vous voyez, c’est parce que je ne peux pas mettre de photo de profil “Je suis Charlie” sur Facebook ou Twitter. D’une part parce que je peux compatir avec celles et ceux qui subissent à la violence sans avoir à m’identifier à elles et eux stricto sensu, sans avoir à gommer nos différences (notamment idéologiques, et Dieu sais comme elles sont grandes entre Charlie et moi, ce même Charlie qui a pris l’habitude de dessiner les femmes et les hommes noirs et arabes dans des postures animalières qui semblent tout droit sortis de journaux d’extrême-droite comme Valeurs Actuelles ou Minute), parce que je peux refuser la violence sans avoir à m’auto-infliger la violence symbolique d’effacer ma spécificité à partir de laquelle j’ai été identifiée toute ma vie (dans la rue, dans les médias, dans les ambassades, sur les bancs de l’école) et d’autre part, parce que même si je voulais dire “Je suis Charlie”, dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, dans les prochaines années, quoi que je dise, quoi que je fasse, dans les conversations, dans les médias, dans les débats, dans les analyses, dans les décisions politiques, l’air du temps ne voudra et n’acceptera jamais de moi comme d’un citoyen comme un autre, et donc je ne serai jamais un “Charlie” comme un autre.
    Je suis musulmane et c’est en tant que musulmane que je refuse l’effusion de sang, tout en refusant de marcher et de former une fausse union de circonstance avec tout un tas de gens qui dans les semaines qui suivent vont instrumentaliser ce qui vient de se passer pour monter d’un cran dans la violence du discours, de serrer la vis aux communautés “visibles”, d’exiger des violations de droits fondamentaux au nom de l'”antiterrorisme”.
    Je suis musulmane en Europe, et malgré le poids de ce bagage certains jours, j’en reste fière et j’agis en conséquence.”
    http://instantsgenevois.blog.tdg.ch/archive/2015/01/08/je-ne-suis-pas-charlie-263493.html

  4. Bonjour Maya! Excellent article!
    Mais les extrémistes de tous bords ne le comprendront pas.
    Malheureusement, ils sont nombreux au Liban, en France et ailleurs.
    ll ne faut pas oublier aussi que les religions ont engendré de belles choses pour l’humanité, non seulement la violence.
    Et je suis d’accord c’est l’etre humain en lui-même qui est violent, mais qui a aussi la capacité de faire le bien.

  5. Je ne comprends pas pourquoi on demanderait a des religions entieres de se desolidariser d’une poignee de psychopates ou on demande d’1 milliard et plus de musulmans ou chretiens de le faire lorsqu’une bande d’extremistes et de fous tuent au nom de Dieu? Et n’oublions pas les massacres commis au nom d’ideologies non religieuses… la violence est humaine un point c’est tout. Au nom de dieux, de marsiens, des esprits d’ancetres, de la patrie, de la tribu, de la famille, … tous pareils!!

  6. “Je suis Charlie ” ne veut pas dire qu’on aime ces dessins. C’est pour dire qu’on veut garder cette liberté d’expression. Bravo Maya!

  7. Bravo Maya et bon courage face aux fous que l’on trouve partout ces temps-ci. Le malaise de nos societes.

  8. Je vous appuie!
    Et vous souhaite de garder la force pour faire face aux obstacles en tant que journaliste dans un monde qui devient intolerant.
    Une question par contre: pourquoi tant de monde s’emeut face au meurtre de 12 personnes a Paris alors que des millions se font tuer en Iraq, Palestine, Syrie etc.? Deux poids deux mesures?

  9. Et je pense que votre article ne sera compris que par une elie laique et ouverte. Surtout pas par la droite religieuse, toutes religions confondues.

  10. De manon cornellier – presse quebecoise:
    “Il note que les médias et les journalistes s’accommodent en fait de limites à la liberté de presse. Ils sont frileux face à la critique, s’autocensurent, tolèrent mal l’idée de créer un inconfort, désapprouvent les gestes irrévérencieux. La crainte des poursuites nourrit l’hésitation et décourage la prise de risques. Or, la liberté de parole et de presse signifie aussi choquer, bousculer, dire ce que beaucoup voudraient taire ou étouffer.
    Pourtant, comme le déclare Pierre Trudel, si vous enlevez la liberté de parole, «toutes les autres tombent avec elle. Sans la liberté de parole, tous les autres droits deviennent impossibles. Il est impossible de concevoir le droit à l’égalité sans cette liberté de base qui permet de juger, de débattre, de parler.»

  11. Par Lina Zakhour dans Autopsies:
    “Etre Charlie ne veut pas dire, que l’on apprécie forcément l’humour de Charlie Hebdo. Mais être Charlie, c’est se battre pour que ces caricatures, parodies, et autres simulacres, continuent de paraitre librement, quitte à y répondre avec le même sens de l’humour, par des singeries. Ou, plus sérieusement, en empruntant le chemin du tribunal. Car, en France, pays des droits de l’homme, de la liberté d’expression, l’autre peut exposer ses idées librement, même si l’on n’est pas en accord avec lui. Et c’est à la justice seule de trancher, et de juger s’il y a eu offense.
    Il est vrai que depuis des décennies les hommes et les femmes libres du Liban se battent. Que rien n’a jamais été facile pour eux. Leur sang et leurs larmes versées n’ont pas toujours entrainé l’adhésion ni la solidarité mondiale. Martyrs après martyrs, ils sont tombés. Les libanais, abandonnés à leur triste sort, et payant le prix de la real politique des grandes nations, se sont souvent sentis oubliés. Ignorés. D’ailleurs, aujourd’hui que c’est une grande nation qui saigne, sur la toile, sur Facebook, beaucoup murmurent « Je ne suis pas Charlie. Je suis Beyrouth. Je suis le Liban…. Si malmené ». Pour rappeler que charité bien ordonnée commence par soi. Et que dans nos malheurs, nous nous sommes souvent retrouvés bien seuls. Sans que personne ne brandisse le slogan #JesuisBeyrouth…
    Or,« Etre Charlie », c’est tout simplement rester fidèle à soi. Et continuer le combat. Même si les troupes sont quasi décimées… Même si l’on est essoufflé. Même si l’on est désabusé. C’est être encore capable de s’indigner et de se solidariser avec les autres, quand une fois n’est pas coutume, c’est eux que le malheur frappe. « Etre Charlie », et être Libanais, c’est avoir encore la force de s’apitoyer sur le sort des autres, et être quand même triste que la barbarie atteigne la France. Ou tout autre pays.
    Etre Charlie et être Libanais, c’est aussi rappeler qu’il faut à tout prix, en ce 7 Janvier 2015, éviter de tomber dans les pièges tendus par la haine et l’obscurantisme, et de se laisser entrainer sur des voies dangereuses. Car, si depuis le 13 avril 1975, les Libanais sont tombés dans maints pièges, tendus par le confessionnalisme, le communautarisme, l’extrémisme… Ils ont aussi, au fil des décennies, appris quelques leçons. Même s’ils n’ont pas retenu toutes les règles.
    Etre Charlie, c’est être un homme et une femme libre. Un homme et une femme qui refusent de transiger leurs convictions. Qui rejettent la violence.
    Etre Libanais et être Charlie, c’est donc Naturel.
    Même combat pour la liberté. D’expression. De pensée. D’écrire. De dessiner… D’être. En paix.”

  12. No one can understand the tragedy of Charlie Hebdo more than journalists, writers and activists in the Middle East. We know. But we still don’t know how to deal with it. We still don’t know how to stop it, because we still live in fear and because we are not united.
    Therefore, it is not enough to condemn, to tweet solidarity or #jesuischarlie to show the world that we are the good guys. Tomorrow we will go back to our everyday lives and realize we have to face our own demons, by ourselves, individually, while the world freaks out and starts to doubt our credibility.
    We value the freedom to express ourselves, but not enough. We do not need to show the world that we do, but we certainly need to be honest with ourselves and ask this question: Do we really want to be free? Or are we willing to sacrifice freedom for security? Because if we cherish our freedom as we claim to, we should do the following, now and without hesitation:
    – Take to the streets — as the French people did Wednesday night — each time a journalist, writer, artist or activist is assaulted, and not leave the street until an official investigation is launched.
    – Stop blindly protecting religious institutions and religious figures. It is OK to criticize religion and it is more than OK to make fun of religious figures. It should not be a taboo.
    – Do not be selective when it comes to freedom. You cannot call for freedom of expression opportunistically, when it happens to suit your leader or religion. If you are truly free, then you have to accept others’ freedoms. Why is that so difficult to understand!?
    – Act against violence at home before condemning it abroad. It is maddening to see some Lebanese going all #jesuischarlie when they’ve never lifted a finger to defend fellow Lebanese when they are assaulted or threatened.
    Can we really do this as citizens? Or do we prefer to be followers? If we can’t, then let’s admit it to ourselves and say that we do not really care when we are censored, or when one of us gets assaulted or killed. Then we can be clear about it, and those of us who can’t breathe without freedom can at least stop expecting to and maybe go breathe it elsewhere.
    What did we really do when Samir Kassir and Gebran Tweini were murdered? What do we do any day that a fellow journalist is threatened or intimidated? A few articles get published, some activists on social media talk about it for a couple of days, and then we all go back to our pathetic everyday lives, waiting for the next death, the next threat, and the next censorship.
    The problem is that many of the so-called intellectual elite are still incapable of fulfilling the minimal requirements to attain genuine and basic freedom of expression. They compromise too much.
    So no; we do not have the right to be part of #jesuischarlie and say that we care until we start with ourselves.
    – Hanin Ghaddar is the managing editor of NOW

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *