Pourquoi s'exprimer? Why express oneself?

Question on ne peut plus pertinente que je souhaite poser : pourquoi s’exprimer ?

Est-ce pour revendiquer ? Alors au nom de qui ou de quoi ?

L’expression doit-elle se réduire à une colère ? A un cri de détresse ? Ou doit-elle aller bien plus loin ?

Pour qu’une expression puisse prétendre à une présence sur le domaine public, il faudra qu’elle vise plus qu’une plainte ou une colère ; sinon elle n’a pas lieu d’être.

Cela peut sembler surprenant au premier abord. Mais il suffit d’y penser avec un peu plus de sagacité, pour voir que tout ce qui sort sur le domaine publique pour être débattu, doit avoir comme motivation le bien de la polis, le bien des citoyens et le bien de l’état, i.e. son progrès qui est celui des droits des membres de la société qui le constituent. Toute protestation n’a donc de sens que si elle montre ou cherche à montrer que ce qu’elle revendique mènerait à un meilleur état de droit et de liberté.

Il semble qu’on oublie cela très souvent, et ce des deux côtés – celui du contestataire et du partisan d’un autre avis ou du statu quo.

[hr]

We may ask this most relevant question: why express oneself?

Is it to voice demands? And if so in the name of what or whom?

Should such expression be only one of anger? A sign of distress? Or should it go much further?

For the expression of a claim to be present in the public sphere, it should do more than voice demands or show anger; otherwise it should not even exist.

this may seem surprising at first. But it’s enough to think this question over to realise that all that comes out for debate in the public sphere should have as its aime the good of the polis, its citizens and the state, i.e. its progress, which is that of the rights of the society members that constitute. Hence, protest only makes sense when it shows or tries to show that its demands, if met, will lead to better rights and more freedom in a legitimate state.

All sides – the protesters, those who oppose them, and those who favour a status quo – seem to often forget these truths.

Join the Conversation

No comments

  1. I rarely express myself…
    But i think the first revolt against injustices is to express oneself and raise the voice. A powerful expression to change things. Silence often serves the oppressors

  2. Je crois que s’ exprimer juste pour s’ exprimer ne rime a rien… comme dans les sob7iyet et les soirees mondaines dans les palaces libanais. Ou comme la plupart des politiciens. Dea paroles vides de tout fond et qui ne contribuent pas au bien de la societe, au contraire. Mais que faire avec cet exces de bavardage?

    1. en effet, Heidegger utilise un terme excellent “Gerede”, dont un bon équivalent libanais serait “Ja3dané”. On est entouré de “Ja3dané” et de très peu d’expression réfléchie, qu’elle soit révoltée ou pas.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *