Mon entrevue avec Myrna Azar Najjar sur les droits des femmes au Liban

Lea Zeitouny

Le Liban a adhéré à la Charte des Nations Unies qui mentionne que tous les êtres humains sont libres, égaux et possèdent les mêmes droits sans discrimination entre hommes et femmes. Malheureusement, les droits des femmes sont différents de ceux des hommes. La femme était (et est encore) dévalorisée à plusieurs niveaux.

Afin de mieux connaitre la situation actuelle de la femme dans la vie quotidienne et ses droits légaux, je me suis adressée à Madame Myrna AZAR NAJJAR, membre de l’association des droits de la femme libanaise:

–          Pourquoi la femme était- elle dévalorisée dans le passé?

A cause de son manque d’éducation. Au Liban, la discrimination entre hommes et femmes pouvait également être le résultat de la société libanaise qui souffrait des conflits politiques et religieux.

–          Quels sont les droits acquis et non acquis de la femme?

Les droits acquis sont le droit d’accéder au poste politique (1953), de voyager librement sans l’autorisation du mari (1974), et le droit d’ouvrir un compte pour les enfants mineurs (2009) [4].

Les droits non acquis sont le droit de donner la nationalité au conjoint et enfants, droit des quotas- d’avoir un pourcentage de 30% (au lieu de 10%) – dans les domaines politiques, sociaux, administratifs, militaires. Il faut aussi évoquer les crimes d’honneur qui se déroulent toujours dans la vie quotidienne – crimes qui touchent les femmes en particulier.

–          Quels sont les critères qu’il faut suivre pour aboutir à ces droits?

Il faudrait établir des lois laïques non sectaires en mettant en œuvre les décrets de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes. Il faudrait encore supprimer le quota limitant la participation des femmes dans tous les domaines déjà cités dans la question précédente [3]. Pour achever ceci, il  faudrait commencer par soi-même et soutenir les initiatives déjà en cours. A noter qu’un changement de mentalité est très important [2].

–          Est – ce applicables au Liban?

NON!  Le problème de la non-reconnaissance des droits des femmes découle de plusieurs raisons financières, sociales et religieuses [1]. Actuellement, il faut lutter contre la violence envers les femmes avant que ces dernières réclament ces droits.

Il est temps d’agir … de moderniser … de changer.

[hr]

Références

  1. 1.     B. BARHOUCHE. « Women’s Rights in Lebanon: Illusion or Reality?”. Forum:” red lips high heels”, 26 juillet 2013

http://www.redlipshighheels.com/womens-rights-in-lebanon-illusion-or-reality/
 

  1. 2.     J. ASSAF. « Mon opinion sur les droits des femmes au Liban” Forum: “red lips high heels”, 21 juillet 2013

http://www.redlipshighheels.com/mon-opinion-sur-les-droits-des-femmes-au-liban/
 

  1. 3.     PETITION FOR WOMEN’S RIGHTS IN LEBANON

http://www.la-troisieme-voix-pour-le-liban.org/english/women-s-rights-in-lebanon/
 

  1. 4.     S. KULLAB. « For Lebanese women, the biggest battles are still ahead”, 08 MARS 2013

http://www.dailystar.com.lb/News/Politics/2013/Mar-08/209295-for-lebanese-women-the-biggest-battles-are-still-ahead.ashx#axzz2jLFEQTrL

Join the Conversation

No comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *