Conseils à un libanais

Par Davina Maria — Inspiré de Conseils à une parisienne d’Alfred de Musset

Oui, si j’étais homme, violent et coléreux
Je voudrais, monsieur,
Faire comme vous;
Sans peur ni pitié, sans tragédie ni drame,
A toutes les femmes
Faire un mauvais coup

Je voudrais n’avoir de soucis au monde
Que ma bouche qui gronde
Mon ventre chéri
Et de pied en cap être le géôlier
Le mieux équipé
De Tyr à Tripoli

Je voudrais garder pour toute science
Cette insouciance
Qui vous va si bien;
Joindre, comme vous, à l’étourderie
Cette rêverie
Qui ne pense à rien

Je voudrais pour moi qu’il fût toujours fête
Et briser la tête
A la plus innocente, corps merveilleux
Etre en même temps de glace et de flamme
Amant dans l’âme
Prédateur dans les yeux

Je détesterais avant toute chose
Ces “Non” en prose
Qui me tapent sur les nerfs
Je tiendrais, dans ma main de fer
Un couteau bien taillé
Pour poignarder celle qui ose me dénigrer

Car c’est si dévalorisant et c’est si incommode
Cette désobéissance à la mode
Cet air supérieur !
Ah! Quelle dépravation!
La femme moderne, une déception.

Je voudrais encore
Avoir votre corps
Vos cris de douleurs
Vos regards et vos pleurs
Je voudrais enfin, vous dominer de nouveau
Comme au bon vieux temps, comme il le faut

Mais moi, je suis femme
Et je ne voudrais pas, si j’étais monsieur
N’être qu’une machine à ordres, dépourvue d’âme
Ou un monstre qui crache du feu

Voyez-vous, mon cher, au siècle où nous sommes
La plupart des hommes
Sont très inconstants
Sur deux amoureux pleins d’un zèle extrême
La moitié nous aime
Pour passer le temps

Quand on est femme, il faut être sage
C’est une des obligations
Que nous infligent les traditions
Mais, ne vous en faites pas, monsieur, vous êtes un mage.

Permettez-moi de vous adresser un seul mot
En échange de tous les maux
Dont vous étiez responsable:
Monsieur, personne n’est coupable
Femme et homme sont égaux
Maîtrisez votre égo
Utilisez votre raison
Car la force n’est pas maître dans votre maison
L’amour est la seule puissance que vous pouvez détenir
La femme, elle, est un fruit, laissez-la mûrir!

Join the Conversation

No comments

  1. Ah monsieur le libanais, sans vouloir généraliser, il serait temps que vous coupiez le cordon ombilical et cessiez d’être le fils à maman.
    Il est temps aussi, de partager votre pouvoir avec la femme.
    L’égalité dans les droits et les opportunités.
    Assez la discrimination !!
    Merci Davina pour ce beau poème 🙂

  2. “Maîtrisez votre égo” ! oui !!
    et apprenez à être en paix avec vous-même et les autres.

  3. Lettre à une femme libanaise aussi: libère-toi des lourdes traditions qui t’empêchent de t’épanouir, de demander l’égalité et de la vivre. Libère-toi de la jalousie, de l’attitude superficielle, et des menottes de l’ignorance.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *