La guerre continue…

Cyclones de décadence,
les exterminations se succèdent,
les armes fusent de partout,
plus l’humanité se sophistique,
moins la folie s’estompe.
Les périodes de paix?
Des accidents de l’histoire,
des fleuves de sang versé,
la misère, l’hécatombe,
et l’indignation ne peut rien y faire.
La guerre continue…
Et pourtant,
l’hiver semble plier bagage…
Dès les premières lueurs de l’aube,
une chaleur envoûte les habitants de Beyrouth.
Beyrouth?
Entend-on…
Etonne et fascine…
Malgré les années de guerre,
elle se relève et s’affirme.
Les chantiers de reconstruction y sont nombreux.
Voitures et piétons,
festivals et expositions,
un florilège de senteurs,
de musique et de magie,
saisons lumineuses,
spectacles et fêtes grandioses,
promettent de se déployer en grande pompe.
L’ambiance semble émerveiller les uns,
elle fatigue les autres.
Ces autres qui se bousculent devant l’entrée d’un consulat étranger,
ces autres qui attendent des heures durant,
avant de faire partie des rares élus,
admis dans l’enceinte sacrée du mausolée,
un temple vendeur de rêves de liberté,
introuvable pilier,
sinon,
cher à payer…
Triste réalité,
cynique épreuve,
qui traîne et entraîne les Libanais,
zombies conduits par des dirigeants,
à un abattage intempestif,
lente et amère hémorragie,
gouffre de préjugés,
mémoires conflictuelles non assouvies…
Se taire et payer son tombeau,
telle est la règle d’or du cimetière…
Où est donc passée la ‘Suisse de l’Orient’?
Le temps de sa gloire semble inaccessible…
Et pourtant, le passé survit dans les esprits,
les histoires, les mémoires et les édifices.
Mais il resurgit,
en apportant avec lui des bouchons inextricables,
des situations en toile de fond assombrie,
un Liban plongé dans une létharige étouffante.
Les combats ont cessé à Beyrouth,
mais la guerre continue…
Dehors, c’est l’orage,
dedans, c’est la rage.
Sombres souvenirs,
qui rattrapent et enflamment.
Ma voix s’éteint,
mon coeur chavire.
Je me noie,
je m’enlise,
je me ressaisis et j’aspire…

Leave a comment

Leave a Reply to GrobockEners Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *